LETTRE D’INTERET A MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA REPUBLIQUE

8 mars 2019, Posté par republique à 18:09

MONSIEUR EMMANUEL MACRON, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

Aujourd’hui en France, M. le président de la république s’appelle Emanuel Macron . Peut m’importe, je n’ai ni antipathie particulière pour cet homme et pour son parti ni même une profonde sympathie.

A ses prédécesseurs : Nicolas Sarkozy et François Hollande, sans que je n’aie une attache politique particulière, je leur ai fait savoir en leur temps comment assurer une meilleure vie pour la population française…sans que cela ne coûte un seul centime pour les administrations (donc pour le pays) ou pour le patronat.

Parallèlement je regrette aussi que l’encadrement des gilets jaunes (ces quelques français qui sèment la perturbation, non seulement dans l’économie nationale, mais aussi parmi les citoyens qui pensent comme eux) n’aient pas lu mes quelques écrits sur ce que je vais une nouvelle fois exposer simplement dans cet article.

M. Le président de la république j’accepte que vous vous soyez lancé dans un grand débat national , bien que les termes techniques , économiques, politiques et de valeur nationale qui sont employés, échappent , tout comme à moi, à la plus grande masse de nos compatriotes .

Il serait tellement plus direct de leur dire : « vous avez besoin d’argent pour vivre un peu mieux, c’est-à-dire, pour avoir des fins de mois moins pénibles! »
Pour cela il vous serait plus facile d’ employer le mot de ce général inventeur de la Ve république « je vous ai compris »

Je suis sûr M. le président de la république que vous avez compris que pour les français que nous sommes il serait tellement plus compréhensible d’entendre maintenant et simplement :
« je vous ai compris, c’est pour cela qu’à partir du 30 mars 2019 j’instruirai tous les employeurs à ne plus retenir, d’une façon universelle, sur la totalité des salaires versés, les cotisations ouvrières versées à l’URSSAF. Cette cotisation sera purement et simplement comptabilisée sur la fiche de paye et payée au profit des salariés »

Vous avez bien compris M. le président que « le panier de la ménagère » s’en portera beaucoup mieux…ou, comme disait ma grand mère, « mettra du beurre dans les épinards » . Évidemment M. le président , les syndicats hurleront au loup car depuis 1936, ils oublient savamment que les « avantages » qu’ils obtiennent pour le monde ouvrier ne sont financés que par les ouvriers eux mêmes.

Permettez moi encore M. le président, de faire bénéficier la France de mes capacités de mathématicien : par de telles décisions de votre part, vous n’amputerez les faramineuses entrées de l’URSSAF que de 8,25% de ce qu’elles engrangent annuellement ; parallèlement, je me permets de vous rappeler un chiffre des statistiques nationales : la dépense moyenne pour santé est de moins de 300 € par an et par personne.

Soyez assuré M. le président de toute ma haute considération.

Aucun commentaire

Répondre








*