MONSIEUR MELENCHON… DE QUOI PARLEZ-VOUS?

1 octobre 2017, Posté par republique à 14:35

J’ai une habitude prise durant mes exils, de lire les nouvelles politiques de mon pays, la France, le samedi et le dimanche de chaque semaine.

J’écris mes exils car j’en ai vécu deux : le premier sous la dictature du général-dictateur et le second parce que Edgar Quinet l’a écrit avant moi : « LE VERITABLE EXIL N’EST PAS D’ETRE ARRACHE DE SON PAYS : C’EST D’Y VIVRE ET DE NE PLUS RIEN TROUVER DE CE QUI LE FAISAIT AIMER. »

Je n’ai pas eu le courage de vivre la décadence de la France cinquième république et j’ai préféré partir une fois encore.

C’est donc en cette fin de semaine que j’ai eu à découvrir les propos d’un certain Mélenchon se réclamant de la France insoumise : « La rue a chassé les Rois. La rue a chassé les Nazis. La rue a chassé les généraux félons. »

Monsieur Jean Luc Mélenchon est né le 19 août 1951 au Maroc, ex protectorat français.

Je veux bien que Monsieur Mélenchon soit un historien de grande qualité…je conçois qu’il ait lu Jean-Paul Sartre ou Simone de Beauvoir et que de là, il se soit plongé dans l’esprit « insoumis » propre au « progressisme », au « communisme », au « clergé catholique libéral » qui, eux, tout comme le P.P.F ou les SOL de l’époque pétainiste étaient les collaborateurs de l’ennemi.

Mais Monsieur Mélenchon, fils de « colonialiste », que peut-il nous apprendre de « l’histoire coloniale » ? Des maigres souvenirs d’enfance… et encore « dorés », puisque cet enfant débarqué dans des colonies d’après cinquante ne connaît que la vie de gens (exceptés les « bougnoules ») qui vivaient déjà « l’âge doré de la colonisation ».

Monsieur Mélenchon a été récemment interpellé par ses pairs politiques de l’assemblée nationale pour sa « collaboration » avec la pègre des cités défavorisées. Je ne parlerai pas de l’EL ou du Daech, car encore je maintiens que ces mouvements révolutionnaires politiques n’interviennent que peu dans « l’idéal » de la voyoucratie des banlieues. Pour des raisons économiques peut-être, pour des raisons de gains faciles, cette voyoucratie ne forme, en fait, que des marchands de drogue (souvent comme nous le découvrons dans le mass-média, protégés par des hauts fonctionnaires de la police). Alors, dans certaines de mes publications sur mon blog, j’ai déjà écrit : « Il ne s’agit pas de radicalisation mais de parainisation » : nouvelle vague, nouvelle mode, pour bénéficier du « statut de détenu politique, héros d’un terrorisme établit sur les mêmes bases, ils ne s’entretuent pas entre eux pour prendre la place du parrain, ils vont dans la foule anonyme placer leur bonbonnes de gaz, leurs coups de couteaux ou leurs fusillades à la Kalachnikov… et nos politiques, pour apeurer les masses parlent de mouvements politiques révolutionnaires organisés, d’états ou de Kalifa établis… présentent des bataillons défilant derrière des chars, des tanks… prétextant qu’ils ont un terrain d’aviation et évidemment des avions.

Alors, comme le prétendent les « opposant de Monsieur Mélenchon », si ce dernier assoit sa force sur les « bandes armées des banlieues », il n’est assis que sur une bande de margoulins… un pétard mouillé qui lui explosera à la gueule dans pas longtemps.

Mais, Monsieur Mélenchon, je ne veux m’opposer à vous que pour vos propos concernant les généraux félons. Le reste de vos propos, votre idéal de professeur progressiste, vos propos de milliardaire de gauche ne me concerne pas… tout au moins tant que vous ne serez pas dans la rue avec vos inconscients hurlant, bavant leurs humeurs d’insoumis.

Les généraux félons, pour reprendre vos termes, n’ont servi que la France en s’opposant par les armes au général-dictateur dont vous vous référez, avec la horde de politiciens de tout bord qui ne valent plus cher que vous. Ces généraux n’ont jamais combattu la France. Ces généraux n’ont jamais combattu le Peuple de France et même je l’écris ici : « Ils ont combattu pour protéger la population algérienne musulmane ». Vous ne savez rien de cette part de l’Histoire de France. Alors fermez votre gueule de prétendant au trône sur ce sujet.

Ce blog publie sous ma plume. Aujourd’hui, je signerai de tous mes qualités :
Alfred Marcel Guilbaut
Universitaire
Membre fondateur de l’OAS
Fiché « S » à la gendarmerie du Fort de Vincennes et ailleurs certainement dans l’état gaulliste

pour une REPUBLIQUE FRANCAISE, avec aux frontons des édifices publics :

LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE ET SOLIDARITE

Cette solidarité que j’ai acquise à vivre auprès des Kabyles et des Berbères du Maghreb.

Et ne venez pas nous emmerder avec votre VIème république pour satisfaire votre ego en rêvant d’une accession au trône mis en place par Charles de Gaulle.

Aucun commentaire

Répondre








*