CE QUE L’ON NOUS DIT DES ECRITURES SAINTES

« Ce week-end, un « Notre Père » nouvelle version dans les églises »
Trois mots ont été modifiés
Qu’est-ce qui a changé dans le « Notre Père » ? Juste quelques mots. Trois, très exactement. Mais bien pesés. Exit « et ne nous soumets pas à la tentation », qui pouvait laisser penser que les fidèles étaient poussés par leur Dieu sur la pente glissante du péché. Place à « et ne nous laisse pas entrer en tentation », qui érige plutôt leur Créateur en protecteur bienveillant. »
Il aura fallu une cinquantaine d’années aux évêques réunis pour effacer le doute que Dieu ne pousse pas ses fidèles sur la pente glissante du péché.
Je suis un païen, qui croit en Dieu, et j’aurais préféré que ses Éminences, qui décident en congrès, imposent à leurs ouailles : « et nous éloigne de la tentation ».
Je me réfère à une version plus ancienne du « Notre Père » :
De la Bible Crampon de 1923
Notre Père qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié.
Que votre règne arrive ; que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donnez-nous aujourd’hui le pain nécessaire à notre subsistance.
Remettez-nous nos dettes, comme nous remettons les leurs à ceux qui nous doivent.
Et ne nous laissez point succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal.
Remettez nos dettes… mais nous promettons de remettre les nôtres. Nous reprochons, nous Occidentaux, à certaine religion d’adapter leurs écrits saints à une politique de circonstance ; Que faisons-nous dans les différentes tendances du Christianisme de différent depuis deux mille ans ?
J’ai même appris d’une église africaine à tutoyer Dieu ; Ce que je continue à faire dans mes prières de païen, qui sont en préambule : « Au nom du Père, de la Mère, de Marie la juive, du Saint Esprit, Amen ».
Puis : « Seigneur, Toi qui règne sur la Terre et au Cieux
Ton nom rayonne dans le temps des temps
Tu as établi dans l’Univers ton règne
Il nous appartient de respecter ta Volonté
Nous sommes tes sujets en toute circonstance
Partages tes richesses, nourris-nous de ton Corps et de ton Sang
Nous manquons de sagesse et ne savons pardonner
De ta clémence éteins nos erreurs
En dehors de la jalousie conduis-nous a l’humilité
Afin que nous ignorions le mal et prêchions le bien. AMEN
Comment accepter que Marie, non Mère de Dieu, mais Mère de Jésus de Na-zareth, qui a bravé la société en acceptant de porter l’Enfant de Dieu, peut être ignorée du signe de croix ?
Oui, dans le « Je Vous salue Marie » :
« Je vous salue, Marie pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.
AMEN »
« Vos entrailles » : dans de pieux mensonges, pour préserver la naïveté de nos en-fants, nous leur confions que le petit frère ou la petite sœur sont nés dans des choux ou que la cigogne, la nuit dernière, les a déposés dans le berceau.
Au même âge, en l’église catholique et au catéchisme, les prêcheurs leur parlent d’entrailles ou de ventre de la mère dans lequel l’enfant est en gestation.
Puis, « Mère de Dieu » : tout devient confus. Dieu (l’Etre Suprême) aurait créé Adam et Eve, avant eux les Anges étaient ses Sages, puis : Satan, au Jardin d’Eden. Ce que j’ai pu lire me laisserai penser que Satan n’a pas existé dans le Jardin d’Eden. Satan, en fait, serait la création des hommes au travers de Caen le fils premier d’Adam et de Eve qui aurait assassiné son frère et se serait éloigné de cette première tribu, renié par elle.
Marie, Joseph et le Saint Esprit sont la volonté de Dieu qui désirait, comme il l’avait promis à Adam, que son Fils, créature humaine, rachète les pêchés du monde.
Combien de siècles encore faudra-t-il que les humains attendent pour que « les représentants de Dieu sur terre » s’alignent, si ce n’est à la Vérité, à des non contradictions ?
Voici pour moi le « je vous salue… »
Marie la Juive, Dieu t’a choisie pour ta grâce
Il t’accompagne et te protège au cours des temps
Veillant sur ta réputation et disant ton dévouement
Tu as donné la vie à Jésus, son Fils
Qui de tes larmes s’est sacrifié à ses frères humains
Sainte Marie, Mère de Jésus, protège nous
Aux heures d’aujourd’hui, de demain et dans la mort
AMEN

TROP C’EST TROP

CRITIQUE CONCERNANT LE RESPECT DE BRIGITTE MACRON AUX US ET COUTUMES DES PAYS QUI LA RECOIVENT

MONSIEUR MELENCHON… DE QUOI PARLEZ-VOUS?

J’ai une habitude prise durant mes exils, lire les nouvelles politiques de mon pays, la France, le samedi et le dimanche de chaque semaine. J’écris mes exils car j’en ai vécu deux : le premier sous la dictature du général-dictateur et le second parce que Edgar Quinet la écrit avant moi : « LE VERITABLE EXIL N’EST PAS D’ETRE ARRACHE DE SON PAYS: C’EST D’Y VIVRE ET DE NE PLUS RIEN TROUVER DE CE QUI LE FAISAIT AIMER. » Je n’ai pas […]

STOP AUX DISCOURS STERILES DES POLITIQUES

Les inconscients partent… Les inconscients reviennent… Les inconscients poussent comme les mauvaises herbes. Ceux qui sont partis disaient que la France était en guerre. Ceux qui arrivent nous disent que la France est en guerre. C’est quoi la guerre ? Nous obliger à rester assis sur nos chaises de citoyens cons à attendre que nos militaires, mêmes s’ils sont de carrière, se fassent dézinguer pour protéger nos petites gueules de cons qui regardent les inconscients qui partent et ceux qui […]

LOUIS XVI ET MARIE ANTOINETTE- LE PRESIDENT ET LA PREMIERE DAME

LOUIS XVI et MARIE ANTOINETTE LE PRESIDENT et LA PREMIERE DAME Louis XVI, né à Versailles le 23 août 1754, sous le nom de Louis Capet a dater du l21 septembre 1792. Il mort à Paris le 21 janvier 1793, rejeté par son Peuple et guillotiné. Il est le dernier roi de France de « l’Ancien Régime » et le dernier à avoir vécu à Versailles. Marie Antoinette, Marie-Antoinette de Habsbourg-Lorraine, née à Vienne le 2 novembre 1755. Elle est […]

SUITE 4… TOUT SERAIT FACILE… MAIS

SUITE 4 MAIS FACILE NE POURRAIT SATISFAIRE CEUX QUI VIVENT SUR NOTRE DOS Enfin, en toute objectivité, nous devons analyser les chiffres : Le salaire minimum (SMIG) coute à l’employeur annuellement environ :………………….. 28.982,18 euros Le salaire mensuel minimum de 2.500 euros coûterait annuellement environ :…………………. 34.446,00 euros Evidemment, cela serait une charge considérable pour l’employeur (plus connu sous « ce con de patron ») mais qui se compenserait par une baisse des impôts qui, elle-même, serait compensée par le […]

UTOPIE? NON. SUITE 3

SUITE 3 « LE BIEN VIVRE » Des chiffres en vrac et en euros: 180.680 (Macron) – 178.920 (Philippe) – 24.209.204 (Pogba) – 348.857 (Trump) – 32.269.318 (Guetta) – 75.000 (Hollande) – 225.840 Merkel) – 82.853.654 (Rowling)… Ce sont les salaires annuels de quelques « favorisés » de ce monde. Mais, ils payent leurs carottes, leurs pommes de terre, leurs camemberts et leurs litres de rouge au même prix que : Monsieur DUCON, taillable et corvéable à merci, qui reçoit […]

SUITE 2: UTOPIE? NON, CELA EXISTE ET FONCTIONNE EN SUISSE

SUITE 2 Allons faire un tour chez nos voisins et amis suisses. Il est utile de rappeler qu’à l’inverse de la France, cette nation n’a pas eu à subir depuis le 19ème siècle les luttes syndicalistes anarcho-socialo-comunistes-cégétistes, dont le manque de clairvoyance et d’intelligence des dirigeants conduit les salariés, comme les « moutons de panurge, à utiliser comme seule arme « la grève »… ornée d’insultes, de coups aux forces de l’ordre (eux-mêmes salariés), de bries de vitrine et d’hôpitaux… […]

SUITE A MON ARTICLE PRECEDENT

J’écrivais, sans avoir complété mon article, « …que les lois de <France s’organisent pour la protection des salariés. » A 83 ans je suis fier de dire que toute ma vie j’a combattu les dictatures… en écrivant, en protestant et en combattant les armes à la main. Pourtant, je n’ai jamais pris les armes cotre une nation ou un Peuple. En France, j’ai combattu et je continue à combattre les « roitelets » de la politique » installés par de […]

LES SYNDICATS ET LEURS ESCROQUERIES

NOS DIRIGEANTS SYNDICALISTES SONT AVEUGLES ET SOURDS La France compte en 2016………………..29,200,000 de salariés ( vingt neuf millions deux cents mille) Le salaire moyen brut est de………………………2,957 euros ( par salaire moyen brut nous devons comprendre «la masse salariale » divisée par la nombre de salariés, soit 29,200,000) Le salaire moyen net est de ………………………2,225 euros (La différence entre salaire moyen brut et salaire moyen net va dans les caisses de l’URSSAF. C’est ce que l’on appelle « les cotisations […]